L’UIP appelle au respect de l’immunité parlementaire en Côte d’Ivoire

L’UIP appelle au respect de l’immunité parlementaire en Côte d’Ivoire
Actualités en bref

image

Parlementaire Jacques Ehouo © AFP

L’UIP est préoccupée par les poursuites engagées contre M. Jacques Ehouo et la détention de M. Alain Lobognon, tous deux députés à l’Assemblée nationale ivoirienne, en violation de leur immunité parlementaire consacrée dans les articles 91 et 92 de la Constitution de la Côte d’Ivoire.

L’UIP souligne que l’immunité parlementaire est essentielle pour que les parlementaires puissent assurer leur mandat sans représailles. Celle-ci vise à protéger l’indépendance et l’intégrité de l’institution parlementaire dans son ensemble. L’UIP appelle donc les autorités judiciaires ivoiriennes à respecter sans délai la décision du Bureau de l’Assemblée nationale du 16 janvier, prise conformément à l’article 92 de la Constitution et au Règlement de l'Assemblée nationale, requérant la suspension des poursuites contre M. Ehouo et la libération de M. Lobognon.

L'UIP est engagée en faveur de la promotion de la démocratie inclusive et participative – dont les parlementaires sont les principaux protagonistes –, gage de stabilité et d’une paix durable que la Côte d’Ivoire est en train de recouvrer. Elle espère vivement que les efforts engagés par les autorités ivoiriennes puissent être consolidés dans le plein respect des règles établies.  

Le Comité des droits de l'homme des parlementaires de l’UIP œuvre à la protection et à la défense des parlementaires dont les droits sont menacés ou violés. Il examine actuellement plus de 420 cas dans le monde. La prochaine session du Comité aura lieu au Siège de l’UIP, à Genève, du 29 janvier au 8 février 2019.