L'UIP est préoccupée par la nouvelle aggravation de la crise politique au Venezuela

L'UIP est préoccupée par la nouvelle aggravation de la crise politique au Venezuela
Actualités en bref

image

© AFP/ Juan Barretto

L'UIP déplore l'arrestation, le 8 mai, du Vice-Président de l'Assemblée nationale, M. Edgar Zambrano. Son arrestation fait suite à la décision de l'Assemblée constituante de lui retirer son immunité parlementaire ainsi que celle de six autres membres de l'Assemblée nationale, et il est probable que trois autres subissent le même sort prochainement. L'UIP ne reconnaît que l'Assemblée nationale comme parlement représentatif élu au Venezuela. Comme le prévoit la Constitution, seule l'Assemblée nationale a le pouvoir de lever l'immunité parlementaire et non l'Assemblée constituante. Les dix parlementaires sont accusés de conspiration, de rébellion et de trahison en raison de leur implication présumée dans la vidéo que le Président de l'Assemblée nationale a publiée le 30 avril, dans laquelle il appelait "les soldats et l'ensemble de la famille militaire à nous accompagner dans le respect de la Constitution et dans le cadre d'une lutte non-violente".

L'UIP appelle toutes les parties au Venezuela à respecter l'état de droit et à s'employer à trouver des solutions à la crise actuelle avec et pour les Vénézuéliens. L'UIP est fermement convaincue que cela implique également le respect total de l'indépendance et de l'intégrité de l'Assemblée nationale, et la protection des droits des parlementaires. Dans ce contexte, l'UIP demeure profondément soucieuse du maintien en détention du parlementaire Juan Requesens et des conditions dans lesquelles il serait détenu depuis août 2018 ainsi que de la détention arbitraire dont ferait l'objet le parlementaire Gilber Caro, en l'absence de toute information officielle concernant son sort depuis le 26 avril.