Les parlementaires maliens effectuent une auto-évaluation de la mise en œuvre des ODD

Les parlementaires maliens effectuent une auto-évaluation de la mise en œuvre des ODD
Actualités en bref

image

L'exercice d'auto-évaluation portant sur les ODD à Bamako. © IPU/I. Obadiaru

Les parlements jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre des ODD et doivent donc être étroitement associés à ce processus. C'est dans ce contexte qu'un exercice d'auto-évaluation portant sur les ODD a été réalisé par l'Assemblée nationale malienne, grâce à l’outil UIP-PNUD, intitulé Les ODD à l’usage des parlements. Le Mali est le premier pays africain à réaliser un tel exercice.

L'auto-évaluation a été organisée par l'UIP à Bamako (Mali) les 24 et 25 janvier 2018. Parmi les participants se trouvaient des membres de la Commission chargée des ODD de l'Assemblée nationale, les présidents et rapporteurs de commissions et de groupes parlementaires, des femmes parlementaires, des jeunes parlementaires, un questeur, des membres du personnel parlementaire et des représentants du Gouvernement et de la société civile.

Cet exercice a aidé le Parlement à recenser les priorités relatives aux stratégies opérationnelles à court et à moyen terme pour la mise en œuvre des ODD. Les parlementaires ont défini des mesures et des objectifs concrets dans les domaines de la législation, du budget, du contrôle et de la représentation. Les recommandations comprenaient la création d'une stratégie de communication sur les ODD pour le Parlement, l'allocation d'un budget pour la mise en œuvre des ODD, la désignation d'un coordonnateur pour les ODD et le renforcement des capacités du personnel concerné.

D’autres recommandations portaient notamment sur la nécessité de faire participer la société civile et le personnel parlementaire aux formations sur les ODD, de demander au Gouvernement de fournir un rapport annuel sur la mise en œuvre des ODD lors de l’examen du budget, d’évaluer les répercussions des projets de loi sur les ODD et de consacrer une journée aux personnes les plus vulnérables dans le cadre de chaque session parlementaire.