Les parlementaires réclament des mesures plus audacieuses pour lutter contre les changements climatiques

Les parlementaires réclament des mesures plus audacieuses pour lutter contre les changements climatiques
Actualités en bref

image

© Xinhua / Wang Peng

Près de 200 parlementaires et spécialistes du climat ont appelé à prendre des mesures urgentes et audacieuses pour mettre en œuvre l'Accord de Paris avant qu'il ne soit trop tard. Lors d'une réunion parlementaire tenue le 9 décembre à Cracovie (Pologne) dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24), ils ont exposé leur vision de ce qui était nécessaire pour limiter le réchauffement planétaire.

La réunion était organisée par l'UIP et le Sejm de Pologne pour débattre de l'application pratique de l'Accord de Paris de 2015. Depuis la signature de cet accord, un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) met en garde contre le fait qu'une augmentation du réchauffement planétaire de 2 °C au lieu de 1,5 °C aurait des conséquences dramatiques sur la planète.

Dans ses remarques liminaires, la Présidente de l'UIP, Gabriela Cuevas, a appelé les parlements à exercer leurs pouvoirs législatifs, budgétaires, de contrôle et de représentation pour mettre en œuvre les engagements sur les changements climatiques contenus dans l'Accord de Paris. Elle a également appelé les parlementaires à utiliser leur influence pour plaider en faveur d'un changement des comportements.

La réunion a permis aux parlementaires d'obtenir des informations de première main sur les principaux thèmes de la COP24, d'échanger avec des experts et des négociateurs, et d'explorer les moyens de financer et de légiférer en faveur de l'Accord de Paris.

Les participants ont souligné l'importance d'examiner régulièrement les engagements nationaux en matière de réduction des gaz à effet de serre pour s'assurer qu'ils sont conformes aux dernières connaissances scientifiques, ainsi que de suivre de près les émissions et de contrôler les mesures prises par les gouvernements.

Les parlementaires ont souligné la nécessité d'investir dans la recherche et de financer des projets de démonstration, des initiatives de coopération scientifique internationale et des mécanismes de transfert de technologies innovantes respectueuses du climat. L'une des recommandations consistait à soutenir des programmes alternatifs pour les régions qui dépendent économiquement de l'extraction et de la transformation des combustibles fossiles.

Henk Rogers, invité spécial et fondateur de la Blue Planet Foundation à Hawaï, a expliqué que les énergies renouvelables représentaient l'avenir et a plaidé pour que tous les pays se fixent des objectifs neutres en carbone. Il a fait valoir que même si la transition énergétique était coûteuse à court terme, elle se traduirait par des économies considérables sur le long terme.

La réunion de Cracovie fait suite à l'adoption d'une résolution d'urgence appelant à une action décisive sur les changements climatiques et adoptée par la dernière Assemblée de l'UIP en octobre. Cette résolution a été présentée par les petits Etats insulaires en développement et adoptée par l'ensemble des 149 parlements nationaux présents.